Espagne Fevrier 2015. Des croix et des rencontres.

Depuis que Thomas Ferry me suit en préparation physique, certaines choses ont nettement  évoluées. Notre relation m’apporte beaucoup, des points forts sont optimisés et certaines lacunes sont comblées.
A force de m’entrainer tout seul, J’avais presque oublié à quel point une personne qui prend du recul sur ce que je fais peut m’être bénéfique.
Merci Tom !!

Il était donc temps d’aller vérifier ces nouveaux « pouvoirs  » sur le cailloux.
Direction l’Espagne et plus précisément Oliana, où j’ai rejoint la dream team: Nina Caprez, Svana Bjarnason et Axel Ballay.

La dernière fois que j’ai trainé mes chaussons à Oliana, c’était en 2011. Il n’y avait pas de grilles pour protéger les « tags » de nos ancêtres, la Dura-Dura (l’une des voies les plus dures du monde) n’était pas encore connue et « Joe Blau » n’était pas équipée.
Le nom de cette voie vient de son géniteur: L’Américain Joey Kinder avec qui j’ai eu l’occasion de discuter, puisqu’il était lui aussi aux alentours d’Oliana.
Lui, moi et bien d’autres grimpeurs sommes d’accords pour dire que cette voie est un solide 8c+.


p
hoto: Axel Ballay
 

La voie se décompose comme ceci: très à doigts et physique sur les premières dégaines, jusqu’à un bon repos. Puis une escalade technique et très résistante jusqu’à un nouveau repos au milieu de la voie (je pense qu’à ce niveau on s’est déjà frappé un bon 8c) .
La suite du voyage est une bonne vieille continuité des familles en 8a+ pour atteindre le terminus à 50m du sol.

A mon sens Joe Blau est probablement la voie la plus dure que j’ai pu enchainer dans ce niveau.
Merci à Nico Bartholomé, Chloé Yvroux et la dream team pour la bonne ambiance au pied de la falaise et les encouragements qui m’ont aidé à réaliser cette voie.

Axel fait un trou dans l’air lors d’une chute dans Blanquita 8c+

 

Svana dans China Crisis  8b+

Puisque je suis dans les remerciements, j’en profite pour remercier la famille Durand qui nous a accueilli à bras ouverts dans son éco-gîte à Abella de la Conca
à voir également: Abella Climb

Je dois bien avouer qu’ils y ont mis de l’huile de coude pour retaper ce gîte, et le résultat est super agréable !!
Le tout dans un endroit magnifique et très bien situé par rapport à une dizaine de spots.

Vous pouvez même déguster et acheter de la très bonne bière (fabrication locale par une bande de jeunes), idem pour l’huile d’olive bio produite par Nico et Ela.
Et en plus, ça voleeeeee !!


photo: Svana Bjarnason 

 

Ouiiiii, je recommande ce gîte !!

 

Mais à Abella, il n’y a pas qu’un gîte, c’est aussi une belle destination  grimpe notamment dans les arches au secteur El Forat dels Lladres.


Nina Caprez dans Naughty Elephant Party 8c

Dans ce secteur, j’ai pu flasher Pepito 8a+ et enchainer Naughty Elephant Party qui est selon moi un petit 8c.

 
I
mages: Henning Wang
 

J’ai également apporté ma petite contribution à l’équipement en ouvrant l’Arche de Résistance entre Naughty et Festa Major.
ça doit tourner dans le 8c+, je pense et c’est abrasif, j’en suis sure …

Les copains devant rentrer en France plutôt que moi, j’ai terminé mon trip à Siurana en compagnie d’Emilie Pellerin une Canadienne que j’ai rencontré à Abella.

Du haut de ses 25 ans, Emilie fait parti de ces personnages qui évoquent et représentent la joie de vivre avec une simplicité déconcertante. Autodidacte et dotée d’une forte attractivité  d’énergies positives, elle sait généreusement re-distribuer ce sentiment de bien-être à qui veut bien le recevoir.
Parcourant le monde depuis 5 ans avec son sac à dos et accessoirement un van dont elle ne peut plus se servir pour cause de vol de permis de conduire par des corbeaux. (oui, je sais , moi aussi j’ai bien rigolé…), trilingue et adepte du bonheur immatériel, elle ne cesse de rencontrer du monde. Elle me fait beaucoup penser à Christopher ce marginal auto-proclamé super-vagabond dans Into the Wild.

Emilie entrain d’essuyer toutes ses affaires suite à une explosion de Yaourt dans son sac…


Constamment, avec son bloc note au pied de la falaise, elle écrit ses mémoires je crois.

Bref, une personne atypique avec qui j’ai partagé trois jours de grimpe vraiment sympas.
En revenant à Siurana, je pensais pouvoir régler mon contentieux avec Pati Noso le 8c du secteur El Pati, mais malgré le fait que je puisse aborder le crux dans un bon état de fraîcheur,  le pas de bloc est définitivement « abominafreux » dans l’enchaînement.
J’ai donc du abdiquer et me rabattre dans une autre voie.
Je suis allé visiter Directa Cornualles un 8c au secteur l’Olla. Malgré une montée de repérage laborieuse (dernier jour de grimpe et cinquième jours de suite), j’ai réussi à mettre un premier essai efficace et victorieux. Heureusement que ce fut le cas, car j’y ai laissé mes dernières cartouches.

Une fin heureuse pour un trip dément au pays de la Paëlla.

Un grand merci à ABK, Petzl, ArtLine, La Sportiva et Cébé qui m’aident quotidiennement à vivre ce genre de trip.

J’ai gardé le meilleur pour la fin !!
Je n’ai pas pu résister à la réalisation de ce petit montage vidéo où Nina Caprez découvre le parapente et les sensations que nous avons lorsqu’on tire un peu sur les commandes.

Quand Nina s’envoie en l’air avec Axel Ballay ça donne ça:

Nina Caprez et Axel Ballay s’envoient en l’air à Organya from Mike Fuselier on Vimeo.

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>